Parole de musulman

Publié le par Christus imperat


A l’heure où les medias nous abreuvent de propos diffamants et de préjugés faisant de Monseigneur Lefebvre l’initiateur d’une religion sans charité, où la caricature destructrice et l’amalgame grossier prévalent, il me semble important de lire ou de relire cette lettre écrite par un musulman au lendemain de la mort du prélat d’Écône. Ancien archevêque de Dakar et délégué apostolique pour l’Afrique française, Monseigneur Lefebvre fut, pendant des dizaines d'années, un pasteur zélé qui mit en place un épiscopat africain pour remplacer les missionnaires. De 1932 à 1962, il vécut au contact des Musulmans. Au lendemain de sa disparition, l’un d’eux témoigne par une lettre adressée au cardinal Thiandoum. Comment ne pas y voir un écho à ce que disait Benoît XVI à propos de Monseigneur Lefebvre le 29 août 2005 en le qualifiant de « grand homme de l’Église universelle » ?

Lettre de Monsieur Ababacar Sadikhe Thiam au cardinal Hyacinthe Thiandoum, archevêque de Dakar, le 26 mars 1991.

 

Mon cardinal et cher évêque,

 

J’ai l’honneur de venir très respectueusement vous présenter mes condoléances les plus émues à l’occasion de la perte de Mon Seigneur Marcel Lefebvre, rappelé à Dieu et à travers vous toute la communauté chrétienne du Sénégal.

 

Mon Seigneur Lefebvre était plus qu’un ami, un frère, mais un vrai guide spirituel pour moi, hormis de tout matérialisme, un homme que j’adorais.

 

Je vous avoue que j'étais un fidèle pèlerin d’Écone où il me parlait souvent de vous, lors de mes voyages en Suisse, une des raisons pour laquelle je vous envoie chaque fin d’année une carte de vœux.

 

Monseigneur l’Évêque, le Dakarois, le Sénégalais, le plus grand bâtisseur, l’homme de Dieu de foi est parti.

 

Je ne prendrais plus un repas à ses côtés à Écône, au milieu de ses paroissiens de toutes nationalités.

 

Et en me bénissant, en priant pour moi au milieu de tout ce monde, des fidèles venus de tous les coins du monde, il aimait à me présenter comme un musulman sénégalais, aussi j’en étais fier et content. Un bel homme, d’une vive intelligence et qui n’avait d’amour que pour Dieu et Jésus.

 

En vous priant de bien vouloir m’accorder une audience afin que je puisse vous présenter à vive voix, mes condoléances, je serai à la messe de requiem pour le repos de son âme que vous envisagez.

 

Ci-joint une photocopie de sa carte de vœux et une photocopie de la prière, il me les envoyait chaque année. Que Dieu le tout puissant l’accueille dans son paradis éternel.

 

Veuillez agréer, cher cardinal et évêque de Dakar, en vous demandant de prier pour votre peuple et tous les hommes de la terre.

 

Recevez mes salutations les meilleurs.

 

A.S. THIAM

 

PS : Mon livre de chevet, Fideliter. Mgr Lefebvre, mes quarante ans d’épiscopat, qu’il m’a offert.

Commenter cet article